Économies et placements

CELI : Voici ce que vous devez savoir

CELILe dernier sondage annuel de BMO sur le CELI révèle que bien que la moitié des Canadiens (48 %) ont maintenant un CELI, un nombre bien moindre sait en quoi consiste un CELI et comment l’utiliser.

Nous vous offrons donc cet aide-mémoire pour que vous puissiez vous mettre au fait des CELI et surtout vous assurer que vous ne négligez pas cette occasion en or d’épargner et d’investir.

En quoi consiste un CELI

Un CELI est un compte d’épargne libre d’impôt.

Point clé nº 1 : Libre d’impôt.  Un CELI vous permet de mettre de l’argent de côté sans payer d’impôt tout au long de votre vie.  Vous ne payez pas d’impôt sur les revenus de placements provenant de ce compte et il n’y a pas d’impôt à payer sur les montants retirés (à l’encontre d’un REER (Régime enregistré d’épargne-retraite).

Point clé nº 2 : Ils peuvent contenir autre chose que de l’argent comptant. Les CELI peuvent contenir le même type de placement qu’un REER, des valeurs inscrites à la cote d’une bourse de valeurs désignée, des fonds communs, des certificats de placement garanti (CPG), des obligations et certaines actions d’une petite entreprise, ainsi que des dépôts en argent.

(Seulement 11 % des Canadiens ont pu identifier correctement les six types de placements admissibles à un CELI dans le sondage annuel de BMO).

Combien pouvez-vous contribuer

Lorsque les CELI ont été créés en 2009, vous aviez la possibilité de verser 5 000 $ par année mais à compter de 2013, vous pouvez maintenant contribuer 5 500 $, un fait que seulement 19 % des personnes interrogées connaissaient dans le sondage de BMO!

Et vous accumulez des droits de cotisation pour le CELI chaque année, même si vous n’ouvrez pas un CELI ou ne soumettez pas de déclaration de revenus.

Regardons les chiffres; les droits de cotisation pour le CELI étaient de 5 000 $ pour 2009, 2010, 2011 et 2012 et de 5 000 $ pour 2013 et 2014; cela représente 31 000  en droits de cotisation accumulés jusqu’à présent.

Et les changements au niveau de la valeur des placements dans votre CELI n’affectent pas vos droits de cotisation pour l’année courante ou les années à venir.  Si vous mettez 5 000 $ dans votre CELI, par exemple, et que l’argent rapporte des intérêts de 100 $, vous pourrez quand même verser 5 000 $ dans votre CELI l’an prochain, et non 5 400 $.

Attention, toutefois; il ne faut pas surcotiser.  Si vous le faites, vous devrez payer 1 % sur le montant le plus élevé de votre excédent CELI dans ce mois et ce pour chaque mois où l’excédent demeure dans le CELI.  (Selon le sondage de BMO, 1 personne sur 10 a versé un excédent à son CELI.)

Quand utiliser un CELI

Il n’y a pas de date limite annuelle pour les CELI; vous pouvez donc ouvrir ce type de compte quand vous voulez pendant l’année.

Côté stratégie, les CELI ne remplacent pas les REER au titre de placements à long terme mais les complémentent.

Par exemple, les CELI sont d’excellents véhicules de placement pour financer la retraite puisqu’à l’encontre des REER, les retraits d’un CELI ne sont pas imposables.  Surtout si vos revenus sont bas, si la retraite approche à grands pas ou si vous prévoyez que vos revenus seront bas à la retraite, vous pourriez songer à un CELI plutôt qu’à un REER, puisque cotiser à un REER ne vous favorise pas autant sur le plan fiscal lorsque vos revenus sont bas.

À l’autre bout du cycle de vie, les CELI représentent d’excellents comptes d’épargne pour les contribuables qui sont en train de s’établir et qui essaient de mettre de l’argent de côté pour des grosses dépenses comme une première maison.

Il faut garder en tête la différence dans les taux d’intérêt sur l’argent épargné et l’argent emprunté.  Si vous avez des dettes de carte de crédit et/ou de prêt hypothécaire, il vous en coûte beaucoup plus que les gains que vous pourriez réaliser sur l’argent que vous versez à un CELI; par conséquent, il faut toujours commencer par payer vos dettes.

Et pour ceux qui peuvent se le permettre, rien ne vous empêche d’avoir les deux, soit un REER et un CELI et de profiter des déductions d’impôt du REER et des avantages fiscaux du CELI.