Que vous exploitiez une cabane de surf saisonnière au Costa Rica, que vous passiez votre été comme barman à Dublin, que vous fassiez du bénévolat dans un sanctuaire de singes au Kenya ou que vous profitiez de votre retraite en tant que « snowbird » en Floride, vivre à l’étranger est riche en nouvelles expériences et possibilités. Mais peu importe jusqu’où vous allez, vous ne pouvez pas échapper au fisc. 

Voici tout ce que vous devez savoir sur l’incidence d’un séjour prolongé à l’étranger sur votre situation fiscale et sur la façon dont vous transmettez votre déclaration en tant que Canadien.

À retenir
  1. Vos obligations fiscales dépendent de votre statut de résident, qui est déterminé par l’ARC au cas par cas chaque année d’imposition.
  2. Tout revenu que vous gagnez pendant la durée de votre visa de travail doit être déclaré sur votre déclaration de revenus canadienne.
  3. Le gouvernement canadien a conclu des conventions fiscales avec différents pays afin que vous ne soyez pas imposé deux fois sur vos revenus.

Comment le fait de quitter temporairement le Canada affecte-t-il vos obligations fiscales?

Que vous soyez un étudiant ou un bénévole international, ou un retraité qui passe l’hiver à l’étranger, il existe de nombreux scénarios où vous pouvez passer une partie de l’année à l’extérieur du pays tout en conservant votre statut de résident. 

Dans cette situation, l’ARC s’attend à ce que vous produisiez votre déclaration comme vous le feriez si vous n’aviez jamais quitté le pays. 

CONSEIL : Si vous vivez temporairement à l’extérieur du Canada, envisagez de produire votre déclaration par voie électronique en utilisant IMPÔTNET ou un service de préparation de déclarations en ligne comme TurboImpôt. C’est généralement plus rapide et plus pratique que d’utiliser des formulaires papier et le courrier postal.  

Et si vous travaillez temporairement à l’étranger? 

Chaque année, des milliers de Canadiens décident de déménager dans un pays étranger pour travailler et acquérir de nouvelles compétences. Si vous souhaitez les rejoindre, vous aurez besoin d’un visa de travail temporaire.

Si vous êtes quelqu’un qui rêve de voir le monde sans avoir une énorme lacune dans votre CV, un visa vacances-travail pourrait être la solution. Grâce aux accords de réciprocité du Canada avec plusieurs pays, les Canadiens âgés de 18 à 35 ans peuvent travailler et vivre à l’étranger pour une période pouvant aller jusqu’à deux ans. 

Peu importe le visa, l’ARC vous considère toujours comme un résident canadien et vous impose comme si vous n’étiez jamais parti. Alors, produisez votre déclaration comme vous le feriez normalement, en vous assurant de déclarer toutes les sources de revenus, quel que soit le pays dans lequel vous avez gagné ces revenus. 

Devrez-vous payer vos impôts deux fois?

Tout dépend de la situation. Le Canada a conclu des conventions fiscales avec près de 100 pays pour s’assurer que vous ne soyez pas « doublement imposé » sur le revenu gagné à l’extérieur du Canada. En plus de demander des crédits et des déductions comme vous le feriez normalement, vous pourriez même être en mesure de demander un crédit pour les impôts étrangers que vous avez payés à l’étranger.

CONSEIL : Lorsque vous avez à la fois des revenus canadiens et étrangers, il est préférable de vous renseigner à l’avance sur votre situation fiscale et sur la façon dont vous pouvez maximiser vos économies d’impôt. Communiquez directement avec l’ARC au 1 800 959-8281 pour connaître vos obligations fiscales en fonction de votre situation. Cela permet d’éviter les conflits avec les agences fiscales et les éventuelles pénalités. 

Et si vous décidiez de vous installer définitivement à l’étranger?

Que ce soit pour le travail, la famille, la santé ou le mode de vie, si vous déménagez dans un autre pays à temps plein, l’ARC vous considère comme un non-résident – mais vous devrez produire une dernière déclaration avant de partir.

À partir de maintenant, vos affaires avec l’ARC sont terminées À MOINS QUE vous ne receviez toujours un revenu de 

sources canadiennes comme des pensions, des investissements, des intérêts commerciaux ou la vente d’une propriété (canadienne). Tant que c’est le cas, l’ARC s’attend à ce que vous continuiez à produire votre déclaration, peu importe où vous vous trouvez dans le monde.

Quels facteurs déterminent la façon dont vous êtes imposé?

La façon dont vous êtes imposé dépend de votre statut de résidence. Aux fins de l’impôt, l’ARC vous classe dans l’une des cinq catégories suivantes et vous impose en conséquence.

STATUT DE RÉSIDENCE

CRITÈRES

RÉPERCUSSIONS FISCALES

Résident de fait

Vous vivez ou voyagez beaucoup à l’extérieur du Canada, mais avez toujours des liens de résidence importants (c.-à-d. propriété, famille, compte bancaire) au Canada.

Vous êtes imposé comme si vous n’aviez jamais quitté le Canada. Déclarez votre revenu canadien ET tout revenu gagné dans l’autre pays, en demandant tous les crédits et déductions.

Résident réputé

Vous vivez à l’extérieur du Canada durant l’année d’imposition, n’avez pas de liens de résidence importants, mais êtes un employé du gouvernement.

OU

Vous êtes resté au Canada pendant au moins 183 jours de l’année d’imposition, n’avez pas de liens de résidence importants, mais n’êtes pas considéré comme un résident de l’autre pays en raison des termes de la convention fiscale entre le Canada et ce pays. 

Mêmes exigences de production de déclaration qu’un résident de fait.

Double résident

Vous êtes considéré comme un résident de plus d’un pays à la fois.

Vous devrez peut-être remplir des déclarations de revenus pour les deux pays. Une convention fiscale peut vous permettre d’éviter une double imposition.

Non-résident 

Vous vivez normalement ou régulièrement dans un autre pays et vous n’avez pas de liens de résidence importants avec le Canada.

Vous n’avez plus à produire de déclaration à moins que vous n’ayez un revenu continu ou des gains et pertes en capital provenant de sources de revenus canadiennes.

Non-résident réputé

Vous répondez aux critères de l’ARC pour être un résident de fait, mais le pays dans lequel vous vivez vous considère également comme un résident et, en raison des conditions de la convention fiscale, le Canada est tenu de vous considérer comme un non-résident.

Mêmes exigences de production de déclaration qu’un non-résident.

 

Obtenez le soutien fiscal que vous méritez.

Peu importe où vos voyages prolongés vous mènent, TurboImpôt s’occupe de vos impôts. Notre logiciel d’impôt vous aide à trouver tous les crédits et déductions auxquels vous avez droit. Et si vous avez des questions sur les implications fiscales d’un séjour temporaire, saisonnier ou permanent à l’étranger, nos experts avisés sont à votre disposition.