Crédits et déductions, Dépenses, Notions de base, Propriétaires d'entreprise, Revenus et placements, Travailleur autonome

Cinq façons surprenantes de devenir travailleur autonome

Lorsque vous entendez la phrase « Je suis travailleur autonome », qu’est-ce qui vous vient à l’esprit? Vous pensez au propriétaire de l’entreprise d’entretien de pelouse de votre localité? À votre chiro qui travaille à domicile? À la gardienne de vos enfants? Toutes ces personnes pourraient être considérées comme des travailleurs autonomes, mais dans l’économie à la demande de l’heure, il y a plusieurs nouvelles façons de devenir son propre patron. Voici six façons surprenantes de devenir travailleur autonome.

1. Conduire pour de l’argent

Le covoiturage est devenu un moyen de transport ultra populaire. Saviez-vous que votre conducteur UBER est un travailleur autonome? Les partenaires conducteurs d’UBER utilisent leur propre véhicule, choisissent la fréquence à laquelle ils veulent travailler et sont propriétaires d’une petite entreprise.

2. Des chandelles aux fards à joue

Les ventes directes sont en plein essor. De nombreux vendeurs directs sont des détaillants indépendants, comme votre voisin qui vend des chandelles parfumées ou l’amie de votre fille qui vend des produits de maquillage. Les agents immobiliers sont souvent des travailleurs autonomes plutôt que des employés payés à commission. Cela signifie qu’ils ne reçoivent pas de T4 ou que des cotisations ne sont pas retenues à la source par la société mère. Ils assurent le suivi de leurs propres dépenses et revenus.

3. Écrire pour de l’argent

La rédaction de contrats est un autre bon exemple d’emploi autonome. Ce secteur est en pleine croissance depuis quelques années. Vous pouvez maintenant être payé « à la pièce » pour rédiger des contrats. De nouvelles possibilités se sont également pointées pour l’édition, l’optimisation et la révision.

4. Les vieilleries des uns

La revente d’articles en ligne s’est transformée en une grosse entreprise. Si vous pensez à vendre des articles sur des sites comme eBay comme boulot d’appoint, vous pourriez être considéré comment étant un travailleur autonome. Les profits que vous réalisez sur la vente d’articles sont considérés comme étant imposables dans la plupart des situations. Ce qui est bien, c’est qu’en tant que travailleur autonome, les dépenses reliées à votre entreprise sont déductibles d’impôt. Par exemple, si vous êtes un vendeur en ligne, les frais d’expédition que vous payez seraient consignés dans votre déclaration de revenus pour aider à compenser votre revenu.

5. Enfants, animaux et autres êtres chers

Faites-vous de l’argent en gardant des animaux ou en faisant marcher des chiens? Exploitez-vous une garderie à domicile? Si vous répondez oui à l’une ou l’autre de ces questions, il y a de fortes chances que vous soyez un travailleur autonome.

6. T4 ou T4A?

Si vous recevez un T4 de votre employeur, vous êtes un employé. Vous avez eu des déductions pour cotisations au RPC ou des retenues d’impôt qui ont été versées par l’employeur en votre nom. Mais, si vous avez reçu un T4A (avec des montants dans les cases 20 ou 48), vous êtes un travailleur autonome. Vous pourriez recevoir un T4A pour divers projets d’affaires, y compris la vente directe, les revenus tirés de pages Web ou même un contrat d’une journée pour la livraison des annuaires téléphoniques. N’oubliez pas que si vous avez reçu un T4A (avec des montants dans les cases 20 ou 48), aucune déduction n’a été envoyée à l’ARC pour ce revenu. Cela signifie que l’impôt ou les cotisations au RPC seront calculés pour votre déclaration de revenus. Dans certaines situations, il peut s’avérer difficile de savoir si vous êtes un travailleur autonome ou un employé. L’Agence du revenu du Canada a des règles spécifiques afin d’établir si vous êtes un employé ou un travailleur autonome. Vous les trouverez ici.