Astuces et conseils, Éducation

De retour à l’école?  Les enfants ne sont pas les seuls à pouvoir en profiter!

Peut-être vous demandez-vous pourquoi on aborde le thème de l’école en ce moment. La réponse est toute simple, il s’agit d’un sujet toujours pertinent : les personnes vont à l’école ou y retournent en tout temps pendant l’année, grâce aux possibilités d’apprentissage en ligne et aussi aux horaires variés proposés.

Que ce soit pour améliorer vos compétences, changer totalement de direction ou vous recycler dans une deuxième carrière, le retour aux études est un enjeu important sur le plan financier et psychologique.

Si vous avez pris cette décision, vous pourriez avoir droit à des avantages fiscaux selon ce que vous entreprenez.

Quel est le lien entre le retour à l’école et les impôts?

En réalité, il y a pas mal de liens. Commençons par discuter des diverses manières d’obtenir un peu de soutien financier au moment de la déclaration de revenus, dans le but de perfectionner ses connaissances et ses habilités (ou pour envoyer les enfants à l’école pour la première fois!). Afin d’obtenir de plus amples renseignements au sujet de chaque point, cliquez sur le lien du titre, ce qui vous dirigera vers une explication détaillée dans notre blogue sur TurboImpôt.

Crédits d’impôt pour frais de scolarité : Le crédit d’impôt fédéral non remboursable est encore de loin celui qui peut être très avantageux pour vous.  Les crédits d’impôt non remboursables contribuent à réduire l’impôt à payer, une fois qu’ils ont été pris en compte dans le calcul de votre revenu imposable.  Le gouvernement nous permet de demander 15 % des dépenses admissibles au crédit, alors les crédits pour frais de scolarité de l’année courante ou reportés d’une année précédente peuvent contribuer à réduire l’impôt à payer.

Transfert des crédits d’impôt pour frais de scolarité : Si vous n’avez pas besoin de vos crédits d’impôt pour frais de scolarité, vous pouvez en transférer une partie – jusqu’à concurrence de 5 000 $, à votre époux ou conjoint de fait et même à vos parents ou grands-parents; pourquoi ne partageriez-vous pas vos ressources puisque la possibilité se présente?  Alors, si vos enfants ne retournent pas aux études, que ce soit à l’université ou au cégep, n’oubliez pas que ces crédits d’impôt qu’ils ont accumulés peuvent vous être transférés jusqu’à concurrence de 5 000 $!  Si les enfants n’en ont pas besoin lorsqu’ils ne gagnent pas d’argent, ces crédits s’avèrent très utiles aux parents qui déboursent d’importants frais de scolarité.

Chaque année, à compter de 2019, les personnes admissibles accumulent un montant de 250 $, pouvant atteindre jusqu’à un maximum à vie de 5 000 $, qui peut être utilisé à titre de crédit d’impôt non remboursable à l’égard de frais de formation et d’examen admissibles. Même si vous ne retournez pas aux études dans le cadre d’un programme complet, un programme de recyclage professionnel ou un examen d’agrément vous permettra d’utiliser ce crédit d’impôt dans votre prochaine déclaration et contribuera à réduire l’impôt à payer.

Intérêts payés sur les prêts étudiants  : Si vous avez contracté un prêt étudiant afin de payer les frais d’études, les intérêts à payer sur ces prêts peuvent être admissibles à titre de crédits d’impôt non remboursables dans votre déclaration de revenus. Le prêt doit avoir été accordé aux fins d’études postsecondaires en vertu de l’une ou l’autre des lois suivantes : Loi fédérale sur les prêts aux étudiants; Loi fédérale sur l’aide financière aux étudiants; Loi sur les prêts aux apprentis.  À la différence des crédits d’impôt pour frais de scolarité, les intérêts sur les prêts étudiants ne peuvent pas être transférés, vous êtes la seule personne qui peut réclamer ce montant.

Régime d’encouragement à l’éducation permanente : Ce régime permet à des étudiants admissibles de retirer des fonds de leur REER afin de payer leurs frais d’études, jusqu’à concurrence de 10 000 $ par an, pour une limite globale de 20 000 $. Ces fonds ne peuvent pas être retirés dans le but de payer l’éducation de votre enfant, vous ou votre époux ou conjoint de fait êtes la seule personne à pouvoir en bénéficier. Dans le cas d’un retrait excédentaire de votre REER aux fins de ce régime d’encouragement, le montant excédant le seuil sera considéré comme un revenu qui doit figurer dans votre déclaration.