Revenus et placements

Les REER

Il reste un peu plus d’un mois avant le 1er mars 2019. La date limite de cotisation est l’une des questions qui nous est posée le plus fréquemment sur les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER). Les autres portent sur la pertinence de cotiser à un REER et les raisons pour le faire.

Du point de vue fiscal, en qualité d’experts des impôts, nous avons les réponses à ces questions, mais, si on considère l’enjeu des placements, nous voulions vous répondre avec la même certitude. C’est pourquoi nous avons demandé à notre partenaire Wealthsimple de nous aider.

 

Qu’est-ce qu’un REER?

Un régime enregistré d’épargne-retraite, ou REER, est un compte conçu pour aider les Canadiens à épargner en prévision de la retraite.    Les Canadiens cotisent à leur REER de leur propre chef s’ils sont des travailleurs autonomes ou en collaboration avec leur employeur.  Les fonds dans un REER ne peuvent pas, dans la plupart des cas, être décaissés du compte sans que des pénalités s’appliquent. Les fonds sont bloqués dans le compte jusqu’à ce que le cotisant atteigne 71 ans. À ce moment, le REER est converti en un fonds enregistré de revenu de retraite (FERR) d’où les fonds doivent être retirés.

Qu’est-ce qui peut être déposé dans un REER?

L’argent versé dans un REER peut servir à de nombreux investissements, comme des fonds communs de placement, des fonds négociés en bourse, des actions, des obligations ou autres. Les placements conservés dans un REER ne sont pas imposables, ce qui signifie qu’aucun impôt n’est prélevé sur les intérêts, les dividendes ou les gains en capital réalisés.

Combien d’argent est-ce que je peux verser?

Comme les REER sont des comptes enregistrés auprès du gouvernement canadien, ils sont assujettis à des limites de cotisation.  Les montants changent chaque année.

En 2018, la cotisation maximale correspondait au montant le moins élevé entre 18 % du revenu ou 26 230 $.

Si je ne cotise pas une année, puis-je me rattraper l’année suivante en versant une cotisation pour les deux années?

Oui, vous pouvez vous rattraper si vous n’avez pas versé le montant maximal cotisable.

Où puis-je voir combien je peux verser à mon REER?

Vous trouvez ce montant sur l’avis de cotisation que vous avez reçu de l’ARC après avoir soumis votre déclaration de revenus ou en ligne si vous êtes inscrit à Mon dossier de l’ARC.

Alors, quels sont les avantages de verser une cotisation à un REER?

Lorsque vous ouvrez un REER, l’argent que vous versez sous forme de cotisation est « avant impôt », ce qui signifie que vous pouvez soustraire le montant de votre cotisation de votre revenu pour réduire l’impôt sur le revenu que vous payez. Par exemple, si vous avez gagné 75 000 $ l’an dernier et que vous avez versé 10 000 $ dans votre REER, vous serez imposé sur des revenus de 65 000 $ et non de 75 000 $.

Les REER sont-ils éventuellement imposés?

Oui, éventuellement, au moment où vous retirez votre argent. Mais, lorsque vous le faites, il est probable que vous soyez à la retraite et que votre taux d’imposition soit moins élevé et que, donc, vous payiez moins d’impôts.

Si vous retirez des fonds avant l’âge de 71 ans, l’ARC impose une pénalité immédiate de 30 % sur le montant retiré.  Des exceptions s’appliquent si vous utilisez les fonds pour acheter une maison ou retourner aux études, à condition que vous remboursiez l’argent dans un délai de 10 ans dans le cas d’un prêt pour des études supérieures ou de 15 ans pour l’achat d’une maison.

Puis-je verser des cotisations toute l’année?

Le dernier jour pour cotiser à votre REER pour que les cotisations s’appliquent à l’année d’imposition 2018 est le 1er mars 2019.  Après le 1er mars, les cotisations s’appliquent à l’année d’imposition 2019.