Crédits et déductions

Quatre conseils fiscaux pour les salariés à faible revenu

Si votre revenu est très bas, vous pourriez croire que vous ne disposez d’aucun moyen pour améliorer votre situation fiscale. Peu importe ce que vous gagnez, il existe des façons de tirer le maximum de votre déclaration de revenus. Voici comment :

1. Avant tout, produisez une déclaration.

Même si vous n’avez aucun revenu à déclarer ou croyez n’avoir droit à aucun remboursement, soumettez une déclaration.  Si vous recevez l’allocation canadienne pour enfants, le crédit pour la TPS/TVH ou d’autres types de prestations provinciales ou fédérales, c’est votre déclaration de revenus qui vous permet d’y être admissible chaque année. Qu’il s’agisse de versements de la Sécurité de la vieillesse ou de crédits provinciaux, comme la prestation Trillium de l’Ontario, votre déclaration de revenus sera utilisée pour le calcul du montant auquel vous avez droit. Sans déclaration, impossible d’établir votre admissibilité.

2. Reportez une déduction fiscale si vous n’en avez pas besoin cette année.

Si vous ne devez pas d’impôt, il est inutile d’utiliser vos crédits et déductions pour don de bienfaisance, frais de déménagement, frais de scolarité, montant relatif aux études et montant pour manuels car vous les « perdrez ». Les dons peuvent être mis en réserve pendant cinq ans. Les dépenses liées à un déménagement ou à des études postsecondaires peuvent être déclarées plus tard, à un moment opportun. Vous pouvez consigner les crédits dans votre déclaration pour l’année à laquelle ils sont associés, sans les utiliser.  Si ce n’est déjà fait, inscrivez-vous au service Mon dossier de l’ARC. Il vous sera alors très facile d’effectuer le suivi de ces reports au fil des ans.

3. Attribuez les crédits à la personne ayant le revenu le plus élevé.

Si votre époux ou conjoint de fait gagne plus que vous, certains crédits pourraient être utilisés sur sa déclaration. Par exemple, les frais médicaux peuvent être déclarés par l’un ou l’autre des conjoints. Si votre situation fiscale fait déjà en sorte que vous ne payez pas d’impôt, il est plus sensé de faire bénéficier votre conjoint de l’ensemble des frais médicaux : les siens, les vôtres et ceux des personnes à charge. Parmi les autres crédits transférables, notons les montants liés aux aidants familiaux ou naturels, aux dons de bienfaisance, au soutien des personnes handicapées, au transport en commun, ainsi qu’à la condition physique des enfants et aux activités artistiques des enfants. Comme l’un ou l’autre conjoint peut déclarer ces montants, attribuez-les à la personne qui gagne le plus. 

4. Même si vous avez l’impression qu’un montant ne fera aucune différence, déclarez-le.

Si vous ne payez déjà pas d’impôt, vous avez peut-être l’impression qu’il est trop compliqué de consigner des montants qui ne modifient en rien votre remboursement. Pourtant, même si ces déductions fiscales n’ont pas de répercussions sur le montant de votre remboursement d’impôt, vous devriez quand même les inscrire pour donner une image plus exacte de votre revenu net. Le revenu net est le montant qui sert à déterminer votre admissibilité aux programmes de prestations ou le montant auquel vous avez droit.

Voici un exemple :

Jackie est chef de famille monoparentale et vit en Ontario avec son fils de deux ans. Son revenu d’emploi total était de 25 000 $ l’année dernière. Après avoir appliqué le crédit pour personne à charge admissible et le montant de ses cotisations au Régime de pensions du Canada et à l’assurance-emploi, elle constate qu’elle n’a pas d’impôt à payer. Elle recevra un remboursement équivalant à l’impôt sur le revenu qui a été retenu sur son salaire hebdomadaire, soit environ 2 500 $.

L’an dernier, Jackie a payé des frais de garde totalisant 3 000 $. En déclarant ces frais, le montant de son remboursement d’impôt reste le même : elle recevra encore seulement le montant de l’impôt qu’elle a versé sous forme de retenues salariales. Alors pourquoi se donnerait-elle la peine d’inscrire les frais de garde sur sa déclaration? Afin d’établir son admissibilité aux divers programmes de prestations. Une fois les frais de garde déduits, si le revenu net de Jackie baisse à 22 000 $, le montant de la prestation ontarienne pour enfants qu’elle reçoit en même temps que l’allocation canadienne pour enfants augmentera de 20 $ par mois. Elle pourrait aussi bénéficier d’une petite augmentation de son crédit trimestriel pour la TPS/TVH.

Comme vous pouvez le constater, il est avantageux de brosser un tableau précis de votre revenu, même si les effets ne se font pas sentir immédiatement. Le fait de déclarer tous les crédits auxquels vous avez droit pourrait faire baisser suffisamment votre revenu net pour vous rendre admissible à d’autres prestations. Par exemple, c’est le montant du revenu net qui permet de déterminer l’admissibilité à la Subvention canadienne pour l’épargne-études, de même qu’au programme d’aide au chauffage offert aux Néo-Écossais. Prenez le temps de vous assurer de déclarer tout ce qui s’applique à votre situation.

ImpôtRapide Gratuit vous aide à produire votre déclaration de revenus sans erreurs grâce à des fonctions comme Préremplir ma déclaration, qui permet d’importer instantanément vos feuillets d’impôt de l’ARC, puis d’inscrire automatiquement l’information dans les bonnes cases. Vous pouvez compter sur des calculs précis à 100 % et des remboursements maximaux.