Économies et placements

REER : ce que vous devez savoir avant de verser des cotisations

Par Scott Shpak

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) demeure l’outil d’investissement clé pour bon nombre de Canadiens, même avec l’émergence d’autres options, comme les Régimes de pension agréés collectifs et les Comptes d’épargne libres d’impôt. Offert aux citoyens canadiens âgés de moins de 71 ans, le REER possède des caractéristiques, des options et des avantages qui aident à l’accumulation et à la croissance de l’épargne-retraite et des revenus de placement.

Votre REER vous fournit une épargne fiscale immédiate, dans l’année d’imposition où vous avez versé des cotisations, tout en réduisant votre revenu imposable. Lorsque l’impôt fédéral est déduit en fonction de votre revenu imposable avant de verser des cotisations à votre REER, la réduction d’impôt déclenche un remboursement.

La déduction annuelle maximale au titre des REER pour l’année d’imposition 2014 est de 24 270 $, mais à moins que vous n’optimisiez vos cotisations tous les ans, les cotisations inutilisées des années précédentes sont reportées d’une année à l’autre. Vous pouvez trouver la somme maximum déductible au titre des REER auprès de plusieurs sources, notamment :

  • votre avis de cotisation ou votre avis de nouvelle cotisation le plus récent de l’Agence du revenu du Canada,
  • les services Internet Mon dossier et Accès rapide de l’ARC et
  • le système électronique de renseignements par téléphone de l’ARC.

Contrairement à bon nombre des détails indiqués sur votre déclaration de revenus, les REER ne sont pas entièrement liés à l’année civile. David Somerville, de St. Catharines, en Ontario, animateur de radio et conseiller en planification financière, explique : « il y a trois dates que nous ne pouvons pas nous permettre de manquer; l’anniversaire de naissance de notre conjoint, notre anniversaire de mariage ou de vie commune et la date d’échéance pour verser des cotisations à un REER. Si vous oubliez une de ces trois dates, vous perdrez bien sûr de l’argent ». Les cotisations versées à un REER au cours des 60 premiers jours de l’année civile peuvent être déclarées pour l’année d’imposition précédente. La valeur stratégique pourrait être énorme. Par exemple, si vous avez réalisé un bon chiffre d’affaires avec une entreprise à temps partiel, ces revenus de travail indépendant pourraient ne pas être couverts par les retenues à la source de votre travail ordinaire. Après avoir calculé votre situation fiscale pour l’année précédente, vous pouvez vous servir de cette période de 60 jours pour verser des cotisations qui permettent de réduire votre revenu imposable et d’éliminer votre impôt à payer lorsque vous soumettez votre déclaration de revenus.

Tandis que les REER sont des véhicules d’épargne-retraite, vous avez une certaine discrétion et une certaine flexibilité lorsqu’il s’agit de la façon dont vous utilisez l’argent que vous épargnez sans déclencher une obligation fiscale comme le ferait un retrait précoce. Le Régime d’accession à la propriété et le Régime d’encouragement à l’éducation permanente acceptent tous les deux des transferts de votre REER selon certaines conditions sans toutefois être compris comme des revenus. Les montants transférés dans ces deux régimes doivent cependant être remboursés dans votre REER.

Bien qu’un REER soit un véhicule de placement solide pour faire croître vos économies pour la retraite, il ne s’agit pas de la seule option et , dans certain cas, ce n’est pas la meilleure. Tout en offrant des économies à court terme et un abri fiscal à moyen terme pour les revenus de placement, les retraits de votre REER sont imposables quand arrive votre retraite. Cela pourrait avoir un effet sur votre admissibilité à la Pension de vieillesse et à la Prestation du Supplément de revenu garanti, ainsi que sur les montants qui y sont versés. Les comptes d’épargne libres d’impôt ont une limite de cotisation annuelle de 5 500 $, à compter de 2013, et tandis qu’il n’y a aucune économie d’impôt lorsque vous versez des cotisations, votre placement s’accroît libre d’impôt et les retraits du CELI ne sont jamais imposables. Enfin, votre CELI n’a aucun effet sur les prestations en fonction du revenu.

À propos de l’auteur

À titre de gestionnaire d’exploitation et de projets techniques en photographie, Scott Shpak est également ingénieur de son et musicien ainsi que rédacteur en chef, rédacteur d’articles de fond et photographe chez Your Magazines Canada.