Notions de base, Notions de base sur l’impôt, Revenus et placements, Travailleur autonome

Vous avez un emploi et une entreprise en parallèle? Quelles sont les conséquences pour vous au moment de faire vos impôts?

Vous êtes au service d’un employeur tout en ayant une entreprise en parallèle? Bravo!  Si vous le faites depuis plus d’un an, vous savez déjà que votre déclaration de revenus peut être un peu plus complexe, mais vous savez également que TurboImpôt Travailleur autonome a tout pour vous permettre de déclarer vos revenus et maximiser les déductions de votre entreprise secondaire.

Que vous désiriez faire vos impôts vous-même ou que vous demandiez à un expert en impôt d’examiner votre déclaration avant de la soumettre ou que vous souhaitiez que cet expert fasse votre déclaration pour vous, TurboImpôt Travailleur autonome peut vous aider, quelle que soit la situation.

Si vous faites vos impôts de particulier pour la première fois au Canada pour ’ pour déclarer votre revenu au moyen du feuillet T4 et de votre revenu tiré d’un travail indépendant au moyen d’un T2125, vous devez comprendre qu’avec TurboImpôt, vous n’avez pas à vous inquiéter au sujet de la soumission de votre déclaration de revenus à l’Agence du revenu du Canada (ARC) : nous sommes là pour vous. Mais, vous devrez vous y préparer et, pour ce faire, nous avons quelques conseils et techniques pour vous aider à naviguer dans ces deux univers fiscaux.

Des revenus plus importants, des fourchettes d’imposition plus élevées

Si vous jetez un coup d’œil aux tranches d’imposition actuelles pour les particuliers, vous constaterez que votre revenu de travailleur autonome pourrait vous faire passer à une tranche d’imposition supérieure, ce qui est EXCELLENT! Cela signifie que vous gagnez de l’argent, mais cela ne veut pas dire pour autant que vous paierez des impôts beaucoup plus élevés, car il existe plusieurs moyens de réduire l’impôt personnel à payer, comme les dons, les cotisations à un REER, etc.

Les travailleurs autonomes canadiens touchent un « revenu d’entreprise ». Il existe plus de 400 crédits d’impôt et déductions applicables à votre situation de travailleur autonome. Au lieu de les parcourir un par un, vous pouvez utiliser TurboImpôt pour produire votre déclaration de revenus.

TurboImpôt vous guidera pendant le processus de préparation des impôts, en commençant par votre revenu personnel, pour continuer avec votre situation familiale avant de se concentrer sur votre revenu de travailleur autonome. À partir de là, TurboImpôt continuera à poser une série de questions afin de déterminer si vous avez le droit de demander des déductions et des crédits pour que vous receviez tout ce à quoi vous avez droit.

Les déductions réduisent le revenu, ce qui peut avoir une importance cruciale, car, demander des déductions pourrait vous éviter de devoir passer à une tranche d’imposition plus élevée et de payer plus d’impôts.

Les tranches d’imposition fédérales pour 2018, sans inclure les impôts provinciaux, sont les suivantes :

    • 15 % sur la première tranche de revenus imposables de  46 605 $, +
    • 20,5 % sur la tranche suivante de revenus imposables de 46 603 $ (sur les revenus imposables supérieurs à 46 605 $ mais inférieurs à 93 208 $), +
    • 26 % sur la tranche suivante de revenus imposables de 51 281 $ (sur les revenus imposables supérieurs à 93 208 $ mais inférieurs à 144 489 $), +
    • 29 % sur la tranche suivante de revenus imposables de 61 353 $ (sur les revenus imposables supérieurs à 144 489 $ mais inférieurs à 205 842 $), +
    • 33 % sur les revenus imposables supérieurs à 205 842 $.

En ce qui concerne votre revenu déclaré sur le feuillet T4, les impôts déduits par le service de la paie de votre employeur ne concernent que le revenu gagné à votre travail, ce qui signifie que l’ajout de votre revenu de travailleur autonome (après l’application des déductions admissibles) aura une incidence sur votre revenu total.

Mais ne faites pas un chèque tout de suite. Pensez à maximiser vos cotisations à votre régime enregistré d’épargne-retraite. Les cotisations à un REER sont la meilleure façon de réduire votre revenu imposable tout en épargnant pour la retraite.

N’oubliez pas le Régime de pensions du Canada

Les travailleurs autonomes canadiens ont l’obligation de verser leur part des cotisations au Régime de pensions du Canada (RPC) et celle de l’employeur. Cela signifie dans les faits que lorsque vous travaillez pour un employeur, votre employeur ne retient que 4,95 % de votre chèque de paie et l’envoie à l’ARC à titre de cotisation au RPC. (En 2019, le pourcentage est de 5,1 %.)  Votre employeur verse une cotisation équivalente et envoie sa quote-part à l’ARC ainsi que la vôtre. En 2018, les cotisations au RPC s’élèvent à 9,9 %.

En qualité de travailleur autonome, vous avez l’obligation de payer 9,9 % sur le revenu tiré de votre travail indépendant en 2018 (ce pourcentage passe à 10,20 % en 2019).

Cependant, la bonne nouvelle est que vous n’avez à cotiser au RPC que pour la première tranche de 55 900 $ de revenu gagné en 2018 (57 400 $ en 2019). Si vous touchez ce revenu à votre emploi et que votre employeur déduit déjà les cotisations au RPC, vous n’aurez pas à payer davantage sur vos gains tirés d’un travail indépendant.

N’oubliez pas de prévoir la TPS et la TVH

Il est rare que les employés aient à se préoccuper de la taxe sur les produits et services (TPS) ou de la taxe de vente harmonisée (TVH) à appliquer aux clients, sauf s’ils travaillent dans les domaines des ventes ou de la comptabilité. Les travailleurs autonomes, toutefois, doivent penser à cet aspect de leurs activités.

Lorsque vos ventes indépendantes atteignent 30 000 $ pour une année ou un trimestre, vous devez vous inscrire à la TPS/TVH et commencer à la payer. Mais, il pourrait être avantageux de vous inscrire volontairement avant d’atteindre ce seuil afin de récupérer la TPS et la TVH que vous payez sur les biens et les services que vous achetez pour votre entreprise dans le but de gagner un revenu.

Revenu indépendant = déductions et crédits pour travailleur autonome

Fiscalement, tout n’est pas négatif, puisque vous pouvez déduire les dépenses d’entreprise de votre revenu d’un travail indépendant. Ces dépenses peuvent comprendre les frais de déplacement liés à votre travail autonome (il ne faut pas inclure les déplacements quotidiens à votre lieu de travail principal), ainsi qu’une partie de vos frais de services publics si vous avez un bureau à domicile, ainsi les fournitures de bureau, la publicité et autres.

N’oubliez pas de conserver vos reçus, surtout si vous invitez vos clients à souper ou si vous payez l’essence. Ce sont les dépenses qui sont vérifiées habituellement par l’ARC.

Prenez votre temps, sans exagérer!

Si une partie de votre revenu provient d’un travail indépendant, l’ARC vous donne quelques semaines de plus pour soumettre votre déclaration de revenus; vos formulaires fiscaux de 2018 ne sont pas dus avant le 17 juin 2019, au lieu de l’habituelle date limite du 30 avril. Cependant, si avez des impôts à payer, le règlement est dû le 30 avril.

Si vous devez de l’argent, vous aurez des intérêts à payer si vous manquez l’échéance d’avril.

Si vous êtes en retard, une pénalité pour production tardive vous sera imposée.

Dans l’ensemble, ne vous inquiétez pas de ce revenu supplémentaire qui pourrait se traduire par des impôts plus élevés. Soyez fier du fait que vous avez gagné un revenu d’appoint qui vous permet de payer vos dettes, d’acheter des articles ou de vous préparer en prévision de jours difficiles.