Que vous soyez un investisseur avisé ou que vous veniez d’acheter votre premier placement important, il n’y a pas de meilleur sentiment que d’économiser de l’argent sur vos impôts.

L’utilisation d’outils et de stratégies financières peut faire toute la différence. Nous avons donc demandé à nos experts en impôt de nous donner leurs meilleurs conseils sur la manière de protéger et de conserver une plus grande partie de votre argent durement gagné. 

Voici 9 stratégies pour vous aider à réduire votre impôt à payer. 

À retenir
  1. Les REER, CELI et REEE peuvent grandement réduire votre impôt à payer.
  2. Le crédit pour l’achat d’une première maison vous donne un crédit de 5 000 $ lorsque vous achetez votre première propriété. 
  3. Le fractionnement du revenu avec un REER de conjoint peut réduire vos impôts à la retraite. 
  4. Consultez un expert en impôt pour vous assurer que vous tirez parti de chaque stratégie fiscale.

1. Réduisez votre revenu imposable avec des REER

Un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est un excellent moyen de réduire votre revenu imposable et d’économiser en vue de la retraite. En cotisant à un REER, vous protégez cette partie de votre revenu de l’impôt, car vous n’êtes imposé que sur le revenu restant après les déductions du REER.

Exemple : si vous gagnez 60 000 $ par an et que vous versez 5 000 $ dans vos REER, vous serez imposé sur la base de 55 000 $ et non de 60 000 $.

Pour couronner le tout, vous ne payez l’impôt sur ce placement et sur le revenu qu’il génère que lorsque vous effectuez des retraits de votre REER. Idéalement, vous effectuerez ces retraits lorsque vous prendrez votre retraite et que vous serez probablement dans une tranche d’imposition inférieure.

Cotiser au REER du conjoint pour obtenir une déduction d’impôt

2. Ouvrez un compte d’épargne libre d’impôt (CELI)

Il s’agit d’un véhicule d’investissement gagnant-gagnant s’il en est, surtout pour les personnes âgées de plus de 18 ans (ou, dans certaines provinces, de 19 ans). Les placements que vous détenez dans votre CELI, comme des espèces, des CPG, des fonds communs de placement, des actions ou des obligations vous permettent de gagner des intérêts, des dividendes ou des gains en capital sans payer d’impôt. 

Conseil : Pour 2022, le plafond annuel de cotisation est de 6 000 $, mais vous pourrez peut-être augmenter cette somme si vous n’avez pas cotisé à un CELI au cours des années précédentes. 

Consultez un expert en impôt ou visitez le site Web de l’ARC sous Mon dossier pour connaître vos droits de cotisation inutilisés à votre CELI. Vous ne le regretterez pas.

3. Fractionnez votre revenu de pension avec votre conjoint.

Fractionner votre revenu de pension avec votre conjoint diminue votre revenu et augmente le sien. L’idée est que l’un d’entre vous réduise son impôt sans trop augmenter celui de son conjoint pour économiser ensemble sur les impôts. L’utilisation d’un logiciel comme TurboImpôt en direct Service complet vous permettra d’optimiser ce calcul.

Note : les revenus de pension ne sont pas tous admissibles, notamment les pensions gouvernementales telles que les prestations du RPC ou du RRQ. Vérifiez si vous êtes admissible au fractionnement de votre revenu de pension. 

4. Profitez des cotisations patronales du régime de retraite de votre employeur

Si votre employeur offre un programme de pension, il s’agit essentiellement de fonds de retraite gratuits. Les régimes qui vous offrent la possibilité de cotiser avant impôt déduisent vos cotisations de retraite de votre salaire brut, puis calculent les impôts à retenir sur votre salaire restant après la cotisation (par opposition au calcul des impôts à retenir sur votre salaire brut, puis au versement d’une cotisation après impôt). 

Exemple : vous vivez au Québec et vous gagnez 50 000 $ par année. Si vous cotisiez 100 $ toutes les deux semaines à votre régime de retraite, ces 100 $ vous permettraient d’économiser 32,33 $ d’impôt, de sorte qu’il ne vous en coûtera que 67,67 $ pour investir 100 $! Ces économies d’impôt initiales peuvent vous aider à atteindre vos objectifs d’épargne beaucoup plus rapidement. 

Cela n’inclut pas la part de l’employeur, une contribution mise de côté pour vous par votre patron (s’il y a lieu). 

5. Investissez dans l’immobilier

Ce n’est un secret pour personne que l’immobilier peut être un excellent placement. Ce qui est tout aussi bien, c’est que lorsque vous vendez votre propriété principale (et non un bien immobilier), les gains en capital réalisés sont exonérés d’impôt!

Tant que vous vivez dans l’espace, sans l’utiliser à des fins de location, tous ces bénéfices vous reviennent. Ainsi, si vous achetez un appartement pour 500 000 $ et que vous le vendez pour 800 000 $, vous pouvez conserver la différence de 300 000 $ sans impôt. 

Outre les gains en capital, si vous investissez dans une propriété locative, vous pouvez économiser de l’impôt sur le revenu de location que vous gagnez en déduisant les dépenses connexes. Vous pouvez réduire encore plus vos revenus locatifs en bénéficiant de la déduction pour amortissement (DPA), qui vous permet d’amortir une partie de votre bâtiment et d’autres actifs* ou ajouts, créant ainsi une dépense pour compenser votre revenu (*à l’exception des terrains, qui ne sont pas amortissables). 

Fiducie de placement immobilier (FPI)

Pour ceux qui cherchent une alternative à l’achat et à la gestion d’un bien locatif classique, une FPI peut être la solution. Semblable à un fonds commun de placement, une FPI permet aux petits et grands investisseurs de posséder une part de biens immobiliers.

Ainsi, investir dans une FPI permet de partager les bénéfices de plusieurs propriétés immobilières détenues au sein d’un même fonds. Il est plus simple d’investir, car vous pouvez acheter des actions cotées en bourse qui vous verseront une partie des bénéfices des propriétés détenues dans le portefeuille de la FPI.

Lorsque le revenu est distribué, vous recevrez un paiement sous la forme d’un dividende, qui sera déclaré comme un revenu pour vous sur un feuillet T3 (ainsi qu’un Relevé 16 au Québec).  

6. Demandez le crédit d’impôt pour l’achat d’une première maison

Si vous et votre conjoint décidez de faire le grand saut et d’acheter une première propriété, vous pouvez demander un crédit d’impôt de 5 000 $. C’est un beau cadeau de crémaillère! 

À compter de 2022, le budget fédéral propose de porter le CIAPH à 10 000 $. Cela doublera la valeur de ce crédit d’impôt non remboursable, qui passera de 750 $ à 1 500 $ dès son entrée en vigueur.

Pour être admissibles, ni votre conjoint ni vous ne deviez vivre dans une habitation appartenant à l’un de vous deux depuis quatre ans.

7. Profitez des remboursements gouvernementaux pour les rénovations écologiques

L’Initiative canadienne pour des maisons plus vertes vise à aider les Canadiens à vivre dans des milieux plus écoénergétiques. Vous pourriez être admissible au Prêt canadien pour des maisons plus vertes, qui offre un financement sans intérêt pour payer les rénovations. Incroyable mais vrai!

Le programme Roulez vert du Gouvernement du Québec est une subvention non imposable qui offre un rabais de 7 000 $ à l’achat d’un véhicule électrique dont le PDSF est inférieur à 60 000 $.

8. Investissez dans l’avenir de votre enfant avec un REEE

Si vous êtes parent, investir dans les études postsecondaires de vos enfants au moyen d’un régime enregistré d’épargne-études (REEE) est un bon calcul, car vous n’avez pas à payer d’impôt sur l’argent que vous placez dans cet instrument de placement. Ces placements croissent à l’abri de l’impôt jusqu’à ce que les fonds soient retirés par le bénéficiaire du régime, votre enfant, pour planifier ses études. 

Mais ce n’est pas tout. 

Le gouvernement fédéral offre la Subvention canadienne pour l’épargne-études, une contribution de 20 % de vos cotisations annuelles au REEE, jusqu’à concurrence de 2 500 $ et d’un maximum à vie de 7 200 $.

Exemple : si vous cotisez 2 500 $ au REEE de votre enfant chaque année, le gouvernement versera une contribution de 20 %, soit 500 $ par an. Après 15 ans, vous aurez cotisé 37 500 $, ajoutés à la contribution gouvernementale de 7 200 $, ce qui donne 44 700 $ d’économies avant intérêts. Voilà qui est intelligent!

9. Réinvestissez vos dividendes, vos remboursements d’impôt ou vos économies pour tirer le meilleur parti de votre argent

Imaginez que vous vous payez d’abord avant toutes vos factures lorsque vous recevez votre paie. Voilà ce qu’est le réinvestissement! 

Vous pouvez recevoir des dividendes mensuels, qui sont imposables, et il n’y a aucun moyen de contourner cela. Cependant, si vous réinvestissez les dividendes dans un fonds chaque mois, vous pouvez augmenter votre investissement global. Cela signifie que la valeur de votre portefeuille augmentera, et que les distributions futures seront probablement plus élevées. 

Quelle que soit l’étape de votre vie ou la façon dont vous choisissez d’investir votre argent, vous n’avez pas besoin de faire partie des 1 % les plus riches pour payer moins d’impôt. 

En intégrant des stratégies d’économie d’impôt et en planifiant soigneusement, l’effort supplémentaire que vous fournissez aujourd’hui vous rendra plus confiant et plus autonome quant à votre avenir financier.

 

Vous méritez ce qu’il y a de mieux. TurboImpôt est là pour vous aider.

TurboImpôt fait le gros du travail pour vous. Répondez à quelques questions simples au sujet votre situation fiscale et préparez votre déclaration de revenus avec exactitude.